Curriculum vitae

HUNYADI Mark, philosophe européen d’expression française.

 

Né en 1960 à Genève de parents qui s’étaient réfugiés de Hongrie quatre ans plus tôt, Mark Hunyadi est depuis 2007 professeur de philosophie sociale, morale et politique à l’Université catholique de Louvain (UCL). Il a fait ses études à Genève, Paris et Francfort, avant d’obtenir son doctorat à Genève en 1995. Nommé professeur de Philosophie morale et appliquée à l’Université Laval de Québec en 2004, il retourne en Europe en 2007. Outre sa tâche d’enseignement, il dirige à l’UCL le Centre de recherches Europé.

 

Au temps de sa formation doctorale, il a été profondément influencé par l’œuvre du philosophe allemand Jürgen Habermas, auprès duquel il a travaillé deux ans à Francfort, et dont il a d’ailleurs traduit deux livres en français (De l’éthique de la discussion, et Textes et contextes). Mais déjà au temps de sa thèse, il ne se satisfaisait pas de l’accent par trop exclusivement langagier et excessivement rationaliste du modèle habermassien, sans toutefois vouloir basculer dans le « défaitisme de la raison » caractéristique de la pensée postmoderne. Dès ses débuts philosophiques, il s’agissait donc pour lui de renoncer à la forme d’universalisme cognitiviste que défendait l’auteur de la Théorie de l’agir communicationnel, sans perdre la force critique du « point de vue moral » ou « moral point of view ». C’est en ce sens que depuis le début des années 2000 (et notamment depuis Je est un clone (Paris, Seuil, 2004), qui est un livre de bioéthique consacré, en réalité, à la métaéthique, c'est-à-dire aux concepts et raisonnement éthiques), il a développé le concept d’un « contextualisme fort », qui met en son centre les notions d’ « identité morale » et de « contrefactualité contextuelle » (voir son livre Morale contextuelle, Québec, Presses de l’Université Laval, 2008). L’idée maîtresse en est, premièrement, que les acteurs moraux disposent, à partir du contexte dans lequel ils sont enchâssés, de toutes les ressources nécessaires pour élaborer à chaque fois un point de vue moral qui soit puissamment critique pour eux (« contrefactualité contextuelle ») ; et deuxièmement, que cette puissance critique est suffisamment assurée par l’identité morale qu’ils veulent se donner. Autrement dit, une philosophie morale n’a pas besoin d’extrapoler un universel pour garantir sa force critique ; les extrapolations universalistes (comme celle de Habermas, mais il en existe bien d’autres) ne sont qu’une possibilité d’exprimer la force critique du point de vue moral — en l’occurrence, celle qui correspond à l’identité morale universaliste des démocraties avancées.

 

Les travaux de Mark Hunyadi s’orientent toujours dans la double direction de la philosophie morale fondamentale (ses travaux sur le contextualisme) et de la philosophie appliquée. Dans ce domaine, ses premiers travaux ont été consacrés à des sujets comme la toxicomanie ou la violence ; dans les années 2000, ses travaux les plus importants ont porté sur les biotechnologies (notamment le clonage), mais aussi sur le principe de précaution ; dès 2006, il a été très actif dans le domaine de l’éthique des nanotechnologies, et travaille depuis 2008 sur le posthumanisme, ce courant de pensée qui entend améliorer la nature humaine par des moyens technologiques.






¨      études secondaires :

 

                    1974-1978             Gymnase français de Bienne (CH) : Maturité type B (latin-anglais)

 

¨      études supérieures :

 

07.84

Université de Genève

Licence

06.85

Université de Genève

Prix Neumann d’esthétique et de morale

06.86

Sorbonne, Paris I

D.E.A. de Philosophie

(18 sur 20, mention Très Bien. Directeur :    Pr Robert Misrahi)

87-89

Université de Francfort

Travail auprès de Jürgen Habermas

01.90

Université de Genève

Prix Marie Schappler

(décerné par la Société Académique de Genève pour mes travaux en éthique)

06.95

Université de Genève

Doctorat ès Lettres, Philosophie. Directeur de thèse : Pr Jean-Marc Ferry (Mention très honorable, avec félicitations du jury)

 

ExpÉriences professionnelles

 

¨      Université :

 

1989

Université de Lausanne, Faculté de Théologie

Assistant auprès du Prof. Pierre Gisel

90-95

Université de Genève, Faculté de Théologie

Assistant en Philosophie éthique

(Prof. éric Fuchs)

95-98

Université de Genève

Maître-assistant au Département de Philosophie

96-99

Université de Fribourg

Chargé de cours invité (Chaire du Travail social)

2002-04

Institut universitaire d’études du développement, Genève

Responsable scientifique dans le cadre du projet RUIG « Environnement et développement durable : enjeux de la biosécurité »

98-02

Université de Genève

Maître d’Enseignement et de Recherche  au Département de Philosophie

dès 02

Institut Européen de l’Université de Genève et Faculté des Sciences Économiques et Sociales

Chargé de cours en philosophie politique

2003

Centre lémanique d’éthique

Animation d’un D.E.A. en bioéthique


 

2004

Facultés Saint-Louis, Bruxelles

Cours au Séminaire de réflexion, 12h.

2004

Université Laval de Québec

Professeur de Philosophie morale et éthique appliquée

2007

Université Catholique de Louvain

Professeur (à temps plein dès juin 2008)) à l’Institut Supérieur de Philosophie

2008

Université Laval de Québec

Professeur invité (sept-oct.)

 

¨      Enseignement secondaire :

 

           1984-2004       Professeur de Philosophie au Collège Claparède de Genève

                     

¨      Journalisme :

 

82-85

Journal La Suisse

Critique de cinéma

85-87

Journal de Genève

Critique de cinéma

85-97

Radio suisse romande, Espace 2

Chroniqueur de cinéma, puis de philosophie

89-

Journal de Genève, puis Le Temps (fusion)

Chroniqueur de la rubrique philosophique

 

 

autres

 

¨          1989-2004   Chercheur associé au C.N.R.S. (Paris), Laboratoire « Communication et Politique » dirigé par Dominique Wolton ; membre du Comité de rédaction de la Revue Hermès

¨      1990-91       Conception et réalisation du film Les carnets de Sándor (sorti au Festival de Locarno en août 1991, dans les salles en automne 1991), inspiré de la vie de mon grand-père, forgeron dans l’Est de la Hongrie.

¨      1993-2000   Membre de la Commission d’éthique du Département de Psychiatrie des Hôpitaux Universitaires Genevois.

¨      1998-1999   Membre de la Sous-commission d’éthique sur la stérilisation des handicapés (élaboration d’un projet de loi fédérale), dans le cadre de l’Académie suisse des Sciences médicales.

¨      1998-2003 : Membre (nommé par le Conseil d’état) du Groupe de pilotage de la Planification Sanitaire Qualitative (PSQ ; organe officiel de réflexion sur la promotion de la santé publique) de la République et Canton de Genève

¨      2004-2006 : Membre de la Commission de l’éthique de la science et de la technologie du Québec concernant les nanotechnologies

¨      2010-2011 : Expert à la Commission européenne sur le projet FP7-Sec-2011

 

Langues

 

¨      langues maternelles : français et hongrois

¨      parle l’allemand (cf. la traduction de trois livres, cf bibliographie)

¨      bonnes connaissances d’anglais (séjour linguistique à University of Texas, Austin, en été 2001 ; TOEFL institutional test score : 633 sur un max. de 680)

¨      bonne compréhension d’italien et d’espagnol

Comments